L’atelier de Taille de pierre en 2023…

Quel que soit votre âge, Frédérick vous initiera à la taille de pierre …

Voir tous les détails dans la rubrique « Informations pratiques et tarifs« .

Test de la réplique Omega Seamaster 300

Pour notre test, Omega a fourni un modèle en acier inoxydable avec cadran bleu et insert de lunette de plongée assorti (Réf. 234.30.41.21.03.001) – une combinaison plutôt attrayante qui n’était auparavant disponible qu’en platine, bicolore ou titane, ce dernier coûtant environ un tiers de plus que la version en acier inoxydable avec cadran noir. Compte tenu de l’attrait vintage du modèle (et des cadrans bleus qui continuent d’être extrêmement populaires), nous sommes heureux que cette option soit désormais disponible en acier inoxydable et pensons qu’il était logique de ne pas utiliser le métal de haute technologie ici, même si cela signifie que les acheteurs ne le font pas actuellement. ‘t ont une option légère et devraient opter pour le Diver 300m Co-Axial Master Chronometer « 007 Edition » légèrement plus grand (Réf. 210.90.42.20.01.001) à la place.

La couronne vissée, qui assure l’étanchéité à 300 mètres notée dans le nom de la repliques de montres de luxe, est légèrement plus petite sur le nouveau modèle, mais sa forme conique la rend tout aussi ergonomique que la couronne cylindrique de son prédécesseur. Comme auparavant, il peut toujours être utilisé en position semi-tirée pour avancer ou reculer l’aiguille des heures, ce qui est utile pour traverser les fuseaux horaires ou passer de l’heure d’été à l’heure d’hiver. Un mécanisme stop-seconde assure la précision de chaque nouvelle mise à l’heure. Cette technologie désormais banale arrête la trotteuse dès que la couronne est complètement tirée.

Bracelet
Omega a également modifié les détails du bracelet. Comme tant d’autres modèles au look rétro qui sortent de Bienne, le bracelet se rétrécit vers le fermoir. De plus, les concepteurs du produit ont changé les surfaces polies et mates de sorte que maintenant, comme en 1957, les surfaces polies se trouvent sur les maillons extérieurs. L’effet visuel est époustouflant. L’ensemble de la montre est plus élégant grâce au bracelet effilé avec des maillons extérieurs polis. C’est l’avantage. Le désavantage? Les maillons extérieurs sont plus exposés que les maillons intérieurs ce qui, comme la lunette, augmente la sensibilité aux rayures. Mais il faut noter que lors de notre test au porté, sur une période de plusieurs semaines, il n’y a pratiquement pas eu de rayures sur le bracelet ou sur la lunette.

Le fermoir bien fait est pratiquement inchangé. La boucle déployante robuste est sécurisée et facile à utiliser grâce à sa structure d’ouverture unilatérale et ses deux boutons déployants. Un énorme avantage : à l’intérieur, il y a une rallonge rapide brevetée à trois niveaux de verrouillage qui peut être actionnée avec un curseur à bouton-poussoir pour régler la longueur. Par exemple, vous pouvez rallonger le bracelet d’un ou deux incréments de 1,9 mm pour plus de confort lors d’une journée chaude. C’est moins que les six incréments proposés par le modèle précédent, soyez donc très prudent lors du dimensionnement initial du bracelet. Il y a des maillons entiers et des demi-maillons pour assurer le confort, donc après quelques essais et erreurs, vous êtes certain de trouver la bonne longueur.

Le design de base des rolex replique de 2023 et 2014, ainsi que le modèle original de 1957, sont très similaires (voir la photo d’ensemble ci-dessous). Au deuxième coup d’œil, cependant, certaines différences deviennent claires. La nouvelle montre est livrée avec uniquement le logo et le lettrage historique « Seamaster 300 » sur le cadran ; la trotteuse se termine par un point lumineux « lolipop » au lieu d’une flèche, une caractéristique déjà utilisée pour la très populaire édition limitée « Spectre » de 2015 (Réf. 233.32.41.21.01.001) ; et les index numériques 3, 6, 9 et 12 sont désormais également beige-brun, comme les index triangulaires, plutôt que argentés (et souvent confondus avec du blanc). Cela est principalement dû au nouveau design du cadran. En 2014, les triangles ont été encastrés et remplis de matière lumineuse de style vintage, souvent qualifiée de « fausse patine » (ou « fauxtine »). Désormais, Omega utilise un cadran sandwich avec une plaque de base revêtue de lumière et une couche supérieure perforée avec des découpes pour les heures numériques. Comme d’habitude, la plupart des affichages brillent en bleu dans l’obscurité, mais l’aiguille des minutes et le point zéro correspondant sur la lunette de plongée rotative ressortent en vert.

La piste de la lunette est également recouverte d’un matériau lumineux partout. En plus du point lumineux, le modèle précédent avait des chiffres en argent en alliage Liquidmetal. À l’époque, le matériau de base de la lunette était la céramique ; aujourd’hui c’est de l’aluminium. Nous voyons l’avantage du nouveau modèle dans la palette de couleurs plus uniforme et la plus grande luminosité des écrans meilleur site replique montre. L’inconvénient ici est moins de résistance aux rayures de la lunette de plongée qu’auparavant.

Une goupille solide à l’intérieur des maillons est maintenue en place par des vis des deux côtés du bracelet. Omega détient également un brevet pour ce détail haut de gamme. Après un bon réglage de la longueur du bracelet, la Seamaster 300 est très agréable à porter du matin au soir.

LIVRE sur la Carrière d’Aubigny.

LES CATHEDRALES CACHEES

des MAITRES PIERREUX

vient de sortir…

Au sommaire :

Le Morvan Tropical,

La Forterre et ses carrières souterraines

La Carrière souterraine d’Aubigny

 par Jean-Bernard Letertre

 

En vente à la carrière ou à commander

sur la boutique en ligne.

 

Les Guides de la Carrière d’Aubigny en PDF

Les Guides de visite de la Carrière sont désormais disponibles sur ce site en PDF.

Pour les lire ou les télécharger cliquer ici: